taourirt info


Un consultant d'El-Baijidi dans le style des films "d'action" a été transféré de Taourirt à Oujda

 Un consultant d'El-Baijidi dans le style des films "d'action" a été transféré de Taourirt à Oujda Abdel-Majid Omayy,

immédiatement après les résultats des élections au conseil régional, qui ont eu lieu après la disparition de jeudi, est apparu, un groupe de personnes affiliées à certains des partis représentés au conseil régional de Taourirt a tenté de prendre le député de la liste du parti Justice et développement, dont la liste a remporté deux sièges au conseil, par la force, vers une destination inconnue, Cela a été considéré par l'intéressé comme une "tentative d'enlèvement".

L'histoire a commencé vers sept heures hier soir alors qu'ils étaient Mahjoubi Hamida pour quitter le siège du travail de Taourirt, quand un groupe de personnes l'a entouré. "Certains mercenaires ont essayé de me kidnapper. Au milieu d'une escorte de haute sécurité, où 6 voitures m'ont escorté jusqu'aux forces auxiliaires et à la gendarmerie ", a déclaré Mahjoubi dans un communiqué à" Aujourd'hui 24 ", avant d'ajouter que malgré l'intervention de sécurité, il se rendait de Taourirt à Oujda, et a été poursuivi par une trentaine de voitures, toutes appartenant aux partisans de certaines parties Le politique qui cherche à remporter une présidence dirigée par le conseil régional.

«J'espère à Dieu que ces gens se rendent compte qu'il y a de la démocratie dans ce pays et que la personne exprime une opinion», ajoute Mahjoubi.

Mahjoubi a souligné que ceux qui ont tenté de l'emmener de force vers une destination inconnue, veulent établir une "coalition par la force ... et qu'ils n'ont pas laissé la personne choisir sa liberté, j'espère que ces personnes seront punies, et cette situation ne devrait pas se reproduire".

Un témoin oculaire, présent sur les lieux de l'accident, a révélé à «Elio 24» que «tout le monde délirait à Mahjoubi, et n'eut été de l'intervention sécuritaire, il aurait été étranglé par des partisans des partis politiques se battant pour la présidence du conseil régional», avant d'ajouter que cette tentative s'est terminée avec l'entrée de Mahjoubi au siège social. En attendant la décision qui peut être prise, tout comme la périphérie de l'emploi observée après l'échec de cette tentative, un échange de coups entre plusieurs partisans de partis en lice pour la présidence du Conseil régional, et une atmosphère régnait que la même source qualifiait de "terrible".

Après environ 3 heures passées par Mahjoubi sur le lieu de travail, il a été décidé de le transférer à son domicile dans la ville d'Oujda, à l'abri des regards de ceux qui l'attendaient, et pour assurer son arrivée sur place, les autorités ont été obligées de lui donner des instructions pour l'accompagner d'une dizaine de voitures des forces publiques, parmi les voitures que transportaient les membres des forces. Des aides et d'autres gendarmes royaux, cependant, les opposants au conseil régional l'ont rejoint dans la ville d'Oujda, pour suivre ses effets et connaître sa destination, et bien que les instructions émises au début exigeaient le transfert de l'intéressé à son domicile, les dirigeants du parti Misbah au niveau régional ont refusé de le faire. Elle a décidé d'être hébergée chez l'avocat du parti, Noureddine Boubekeur, "afin de lui sauver la vie".

Il convient de noter que les élections dans la ville de Taourirt se sont déroulées cette année dans une atmosphère chargée, qui s'est presque transformée en affrontements et en violence entre partisans des candidats, et le jour du scrutin du 4 septembre, ils ont atteint le point de tourner deux voitures de sécurité près de l'école du 20 août, après que le président eut été assiégé par un groupe de Citoyens en colère.

Source: jour 24