taourirt info


Journal des commerçants et artisans du marché brûlé de Taourirt

Journal des commerçants et artisans du marché brûlé de Taourirt
Aujourd'hui, jeudi 13 mars 2014, c'est le quatrième jour du sit-in, organisé par la Coordination des Commerçants et des Artisans du Marché Brûlé à Taourirt. Ce fut une journée militante remarquable. Cette coordination a démontré sa force face aux miracles de la corruption dans la région. Du bébé au cheikh et aux personnes âgées, ils sont tous venus. Des familles et des familles ont visité le site d'Al-Mu'tasim. Tous dépendaient des revenus du marché brûlé. Et il est devenu un acteur sous le seuil de pauvreté. L'une des femmes dit que nous sommes venues aujourd'hui pour nous sortir de l'injustice et de la liberté.
Avec des slogans forts et un comportement chic, ils ont exprimé ce jour la plus grande solidarité et le plus grand sacrifice. Et ce mouvement les a émus dès le premier jour alors qu'il s'achemine vers l'extraction de leurs revendications légitimes à un rythme soutenu et des secrets sans égal ... L'Assemblée nationale des détenteurs de témoignages de chômeurs, la branche Taourirt, a soutenu cette bataille grâce à ses combattants et lutteurs jaloux qui ne souhaitaient soutenir ces victimes que dans leur lutte légitime.
Les autorités régionales, pour leur part, et en prévision de toutes les possibilités, ont appelé les forces de répression à intervenir rapidement depuis la ville d'Oujda ... et les manifestants, malgré la rareté de la vie et la rudesse de la nature ces jours-ci, où le froid et les nuits pluvieuses, insistent pour rester et poursuivre la lutte jusqu'à ce qu'ils atteignent leurs revendications.
Ce soir, le conseil municipal a été contraint de s'asseoir à la table de dialogue avec eux sur trois points principaux:
Le premier concerne le problème du complexe commercial qui expose clairement le mariage du pouvoir et de l'argent dans la région. Le marché municipal de Taourirt, incendié le 25 août 2009, ne comptait que 1 200 commerçants et artisans. Ce sont les vraies victimes dont les moyens de subsistance ont été dévorés par l'incendie. Et autorisé à profiter des commerces du complexe commercial en cours de réalisation. Ce qui comprend le même nombre, soit 1200 magasins commerciaux ... mais la mafia de la corruption, qui a insisté pour que les papiers soient effacés et la liste inondée en les plantant à des étrangers et à des imaginaires, afin d'en bénéficier. Comme cela a porté le nombre à environ 1700 personnes touchées ... et aujourd'hui, il essaie d'être le premier à en bénéficier.
Il semblerait que ce dossier, mêlé à un chien de berger, exigerait également de l'audace nationale de la part de la nouvelle autorité régionale, principalement pour trouver une solution équitable aux sit-in et sit-in ...
Quant aux deux derniers points liés à l'organisation des vendeurs de rue et à leur intégration dans le marché temporaire ou au point relatif à l'offre de transports urbains, leur solution semble se profiler sur le chemin de la détente.
Après avoir achevé le dialogue dans la municipalité de Taourirt, des représentants de la coordination des commerçants et artisans du marché brûlé soutenus par la Confédération démocratique du travail et l'Union socialiste unie et l'Association marocaine des droits de l'homme au siège de l'emploi ont rejoint un autre dialogue avec le travailleur de la région de Taourirt et le conseil municipal.
Le résultat a été que, soit dit en passant, le nouveau facteur provincial a fait de nombreuses promesses pour trouver une issue viable à cette crise. Comme travailler pour permettre aux vraies victimes de profiter du véhicule utilitaire et chercher des moyens de les exonérer du paiement de leurs primes de cotisation. Et sortir le projet bientôt. Il a également donné l'ordre d'organiser des marchands ambulants, d'en intégrer une partie dans le marché temporaire, de libérer le domaine public et de fournir des transports urbains dans les semaines à venir.
Après que le comité de dialogue a transmis au sit-in, ce qui a été discuté relativement à leur dossier de demande. Une discussion s'est ouverte entre les sit-in. Bien que certains se soient accrochés à la nécessité de poursuivre le sit-in et de ne pas le démanteler. La majeure partie des interventions a souligné la nécessité de poursuivre la lutte et la lutte pour extraire toutes les demandes ... et de faire preuve de bonne volonté dans les promesses faites par le nouveau travailleur et de créer un comité de vigilance pour suivre l'étendue de leur mise en œuvre sur le terrain tout en élevant les Mu'tasim.
Abdul-Malik Hawzi