taourirt info


Ain Tafrant Resort, Beddou et le destin inconnu

Ain Tafrant Resort, Beddou et le destin inconnu

Correspondant: Abdelhak Abidi
considérait la station balnéaire de Tafrant à Badbad comme une locomotive pour le tourisme de montagne dans la partie orientale, quelque chose qui encourageait ceux qui regardaient les affaires locales de la ville à prêter attention au domaine du tourisme, et cela se manifestait à
travers les slogans connus de la plupart des activités culturelles du conseil municipal, où le tourisme était adopté comme une vision stratégique pour le développement des Bédouins. Le pari a été le début de la création d'installations touristiques à Tafranate, qui consistait à construire six maisons d'été, un café, un restaurant et une piscine. Il a été financé par un prêt du fonds collectif d'approvisionnement d'un montant total de 282 millions de centimètres, et ce projet a été achevé sur des terres appartenant à l'eau et aux forêts et la lutte contre la désertification par La décision d'occupation temporaire au profit du Conseil municipal en échange de 18 000 dirhams par an, et lorsque cette installation a été achevée, elle est restée sans exploitation pendant une période de 7 ans.
Au début de l'année 2007, et avec la bénédiction des autorités régionales, un investisseur français a exploité cette station et le projet d'accord a été signé avec l'investisseur et le conseil municipal, à condition que la mise en œuvre de l'accord reste conditionnée à l'approbation des autorités de tutelle. Et dans ce dernier, ce qui s'est passé n'a pas été pris en compte, les autorités de tutelle n'ayant pas ratifié l'accord, et donc le recours a eu recours à un litige entre le conseil municipal et l'investisseur, ce dernier, qui a réclamé une compensation pour les dommages subis par lui à la suite des réformes qu'il a faites à l'intérieur du complexe d'une part et le manque de La mise en œuvre des termes de l'accord par le conseil municipal d'autre part, ce qui l'a amené à intenter un procès devant le tribunal administratif d'Oujda, qui a rendu une décision en sa faveur à titre d'indemnité de 120000 dirhams, cette décision ayant fait l'objet d'un appel par le conseil municipal.
Face à cette situation, l'opinion publique locale s'interroge sur tout avenir pour la station balnéaire de Tafranate, car c'est une vision stratégique pour le développement de la ville et l'avancement du secteur touristique bédouin, et si nous reconnaissons le fait accompli et considérons que la compensation est légitime au profit de l'investisseur, est-ce suffisant pour que ce dernier initie la remise de la station à la commune ou échouera-t-il à remettre les clés? Luqman est maintenu intact et les installations du complexe sont endommagées ???